Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 06:00

Pour justifier une cessation d'activité et la fermeture d’une usine de production, la direction des entreprises concernées évoque l'effondrement du marché mondial, la surproduction et des coûts de production, trop élevés selon eux par rapport aux autres concurrents. Cet écart est souvent  lié à des pertes de productivité.

« Nous avons étudié plusieurs options et sommes parvenus à la conclusion que la compétitivité  ne pouvait être conservée qu'en fermant  deux usines », soutient le président de l’une d’elles. 

Face à la chute du marché des snowboards et des funboards et à la hausse du coût des matières premières, certaines entreprises - se trouvent effectivement en situation de surproduction et ont des stocks trop importants.  D’autant plus que les concurrents se trouvent pour la plupart d’entre eux dans une situation à peine meilleure et n’accepteront plus les contrats de sous-traitance. 

Les entreprises du secteur doivent  subir  la pression de leurs actionnaires qui en raison de la crise financière et de la baisse importante de la valeur boursière de leurs actions, exigent une rentabilité forte et le versement de dividendes. Cette augmentation des profits ne peut être obtenue que par une réduction de la production et le maintien de prix élevés pour le consommateur.

Le désinvestissement dans la simulation n’entraine aucun conflit social, aucun surcoût, l’action est immédiate et l’argent de la revente encaissé.  

Mais cette décision n’est pas inéluctable, ainsi  que le formule dans le journal LeMonde le patron de Swatch qui  donne des leçons de "capitalisme responsable ». Il se place délibérément à contre-courant des patrons ultralibéraux. Même si le groupe Swatch, numéro un mondial de l'horlogerie, a effectivement pâti de la crise, son PDG, Nick Hayek, l'a affirmé haut et fort  à Genève : "Pour une entreprise cotée en Bourse, qui annonce une chute de bénéfice, réduire de 10 % l'effectif permet de faire remonter le titre. Cela ne marche pas comme cela chez nous. Il n'y aura ni licenciement ni recul des investissements chez Swatch. Nous acceptons d'avoir un rendement amoindri et de ne pas être les chouchous de la Bourse."

Avant de fermer une usine, il est possible de réduire les heures supplémentaires et de répartir la charge de travail pour éviter les licenciements. Ce qui fait vivre une entreprise c'est  avant tout ses ventes et la progression de ses parts de marché. A chacun de choisir…

psa-copie-1.jpg


Partager cet article
Repost0
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 03:19

 

9

Tant que les réformes en France ne démarraient pas autant que nécessaire, la Chancelière allemande ne pouvait pas lacher du lest sur la rapidité de la consolidation budgétaire.
On ne passe un compromis qu’entre personnes ou pays qui se font confiance. Or l’Allemagne ne faisait pas confiance à la France pour faire les réformes.

Aujourd’hui, Valls a envoyé un message clair : Nous ferons les réformes nécessaires, et nous accélererons si nécessaire.

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 00:00
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2020 1 19 /10 /octobre /2020 04:50

 

finbleu.jpgAprès négociation, les entreprises de la glisse ont obtenu des banques qu'elles s'engagent à baisser les taux d'emprunt à 10%.  Le taux de découvert reste fixé à 15% .

Compte tenu de la faible demande de crédit, surtout de la part des entreprises qui  peuvent augmenter leur capital, et des risques portant sur des surinvestissements, les comités d’engagements des banques ont confirmé le strict respect du ratio d’endettement qui ne pourra pas dépassé 100 % des fonds propres des entreprises.

 

Partager cet article
Repost0